dimanche, 21 septembre 2014|

3 visiteurs en ce moment

 

Katyn : un film historique et profond

Au printemps 1940, l’Armée Rouge assassine plusieurs milliers d’officiers de l’armée polonaise et les enterre dans des fosses communes en Russie, près de Smolensk. Qu’ils soient officiers de métier ou de réserve, ces prisonniers de guerre sont tous des personnalités considérés comme hostiles au Communisme par le NKVD, la police secrète de l’Union soviétique à l’époque. C’est autour de cet événement, et pour le rappeler, que le film Katyn est construit.

Le film se veut historique : le scénario présente les évènements à travers les personnages d’Andrzej, un officier polonais capturé par les Soviétiques, et d’Anna, son épouse, qui espère le retrouver à la fin de la guerre. Andrzej est fait prisonnier et reste convaincu qu’il rentrera sain et sauf chez lui, tandis qu’Anna espère de tout son cœur retrouver son mari dont elle cherche constamment à avoir des nouvelles. Autour de ces personnages, une multitude d’histoires se croisent : des gens qui n’ont pas grand chose en commun et qui ne se connaissent pas, mais dont les proches ont été assassinés à Katyn.

Le Totalitarisme

Le film présente donc la Pologne pendant la Seconde Guerre Mondiale : broyée par deux totalitarismes dont Andrzej Wadja montre les similitudes. On voit en effet successivement les Soviétiques et les Nazis employer les mêmes méthodes : massacres, arrestations arbitraires, détention en camps de travail, propagande et mensonge d’Etat.

Face à l’horreur du Totalitarisme, le réalisateur présente une Pologne qui tente de survivre et qui s’appuie pour cela sur sa foi catholique. Le thème de la foi est présent tout au long du film, comme un élément de l’héritage et de l’identité polonaise, mais aussi comme une force intérieure grâce à laquelle la Pologne traverse les épreuves avec dignité.

La question de la vérité

La question de la vérité et du mensonge est également omniprésente tout au long du scénario. Andrzej Wadja montre l’importance de l’usage de la propagande et du mensonge par les deux camps. A plusieurs reprises les personnages de l’histoire prennent des risques considérables, voire se sacrifient, simplement par refus de perpétuer le mensonge. Il leur faut pour cela d’abord résister au régime nazi, puis après la guerre à la dictature soviétique. Alors que les Totalitarismes se battent par propagande interposée pour diaboliser l’adversaire, la Pologne se bat pour la vérité. Les polonais n’ont aucun intérêt à dédouaner les nazis des crimes dont les soviétiques les accusent, de même qu’ils ne sont pas dupes lorsqu’ils voient l’usage cynique que fait l’armée allemande des fosses communes qu’elle a découvertes. Pourtant les personnages se battent, et payent parfois de leur vie, pour que la vérité éclate au grand jour.

Une scène particulièrement marquante du film montre le dilemme auquel les Polonais font face sous l’occupation. L’épouse d’un général exécuté à Katyn est convoquée par les autorités nazies suite à l’annonce de la découverte du charnier par l’armée allemande. Il lui est demandé de réciter à la radio un texte faisant l’éloge de l’armée allemande, de son rôle dans cette histoire et de son comportement en tant qu’occupant et de condamner l’Armée Rouge et ses crimes. On lui fait comprendre qu’un refus pourrait l’amener à Auschwitz. Elle est alors placée devant le dilemme que connaissent tous les Polonais : renvoyer les deux idéologies dos à dos au nom de la vérité et de la Pologne ou pactiser avec le diable pour survivre.

Un film à ne pas manquer ! Le thème est cependant dur et s’adresse de fait plus à un public d’adultes et de grands adolescents.

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d'abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
A propos de CathoWeb.org
Les membres de la commission de dialogue théologique entre Églises catholique et orthodoxes, reconnaissent que l’Église de Rome « l’évêque de Rome est (...) le tout premier parmi les patriarches ». La réunification entre chrétiens d’Occident et d’Orient a sensiblement progressé. Dans un document publié le (...)
En savoir plus »