jeudi, 23 octobre 2014|

3 visiteurs en ce moment

 

Biographie de St Thomas d’Aquin - GK Chesterton

NOTE PRÉLIMINAIRE

Ce livre est sans prétention. Il souhaite uniquement donner un regard rapide sur un personnage de l’histoire qui mérite d’être mieux connu. Il aura atteint son but s’il amenait des gens qui n’ont guère connu S. Thomas d’Aquin à s’informer à son sujet auprès de meilleurs livres. Cette approche a des implications.

Premièrement, l’histoire s’adresse surtout à des gens qui ne sont pas de même religion que S. Thomas, et qui peuvent s’intéresser à lui comme je pourrais moi-même m’intéresser à Confucius ou à Mahomet. La nécessité de le présenter à des étrangers m’oblige conséquemment à le situer par contraste à des façons de penser étrangères. Si je présentais brièvement l’amiral Nelson à des étrangers, je devrais détailler de nombreux faits que nombre d’Anglais connaissent et omettre plusieurs détails que nombre d’Anglais aimeraient connaître. Mais il me serait difficile de faire une narration émouvante et vivante de Nelson en cachant le fait qu’il guerroya contre les Français. Pareillement, on ne saurait guère présenter S. Thomas sans mentionner qu’il a combattu des hérétiques, bien que ce fait puisse gêner le but même de ce récit. J’espère seulement, et j’ai confiance, que ceux qui me considèrent comme un hérétique ne me blâmeront pas d’exprimer mes propres convictions, ni surtout celles de mon héros.

Il n’y a qu’un point où cette question affecte la courte narration qui suit. En effet, j’y exprime une fois ou l’autre ma conviction que le schisme [protestant] du seizième siècle était en réalité une révolte retardée des pessimistes du treizième siècle. C’était un remous du vieux puritanisme augustinien contre la largesse aristotélicienne. Sans cette observation, je ne saurais situer le personnage historique dans l’histoire. Cependant, le tout n’est pas offert comme un paysage avec des figurants mais plutôt comme un seul personnage sur ce fond de paysage.

Deuxièmement, une pareille simplification ne me permet pas de dire beaucoup plus que ce philosophe avait une philosophie. Je n’ai pu offrir que quelques échantillons de cette philosophie. Et il me sera impossible de traiter adéquatement de sa théologie. Une dame que je connais prit un livre de commentaires de textes choisis de S. Thomas et glana le sujet bellement annoncé comme "La simplicité de Dieu". Quand elle déposa le livre, elle dit avec un soupir : "Si c’est là sa simplicité, je me demande bien quelle est sa complexité." J’éprouve un grand respect pour cet excellent livre de commentaires thomistes, mais je ne souhaite pas que mon livre soit pareillement abandonné au premier coup d’oeil avec pareil soupir. M’est avis qu’une biographie est une introduction à la philosophie du personnage et que la philosophie est une introduction à sa théologie, et je ne saurais mener le lecteur au-delà de la première étape de cette démarche.

Troisièmement, je n’ai pas cru nécessaire de tenir compte des critiques qui se jouent du public de temps en temps en reproduisant des paragraphes de démonologie médiévale afin d’horrifier les lecteurs modernes par le truchement d’un langage méconnu. Je prends pour acquis que les gens cultivés savent que Thomas d’Aquin et ses contemporains, de même que tous ses adversaires pendant des siècles, croyaient en l’existence des démons et autres faits similaires. Si je n’ai pas choisi d’en traiter ici, c’est que ce fait ne contribue pas à dresser un portrait distinctif de l’homme. En effet, les théologiens protestants et les théologiens catholiques étaient d’un commun accord sur de tels sujets durant les centaines d’années pendant lesquelles il existait une théologie, et S. Thomas n’y tenait pas de positions remarquables, sinon par leur modération. Je n’ai pas évité ceci dans un but de cachotterie, mais seulement parce que ça n’apporte rien au personnage que je souhaite révéler. Il y a déjà si peu de place pour sa vaste forme dans un cadre aussi exigu.

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d'abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n'oubliez pas d'indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

 
A propos de CathoWeb.org
Les membres de la commission de dialogue théologique entre Églises catholique et orthodoxes, reconnaissent que l’Église de Rome « l’évêque de Rome est (...) le tout premier parmi les patriarches ». La réunification entre chrétiens d’Occident et d’Orient a sensiblement progressé. Dans un document publié le (...)
En savoir plus »